Oron – Développement communal

Travaux en cours…

Thierry-Vania Menétrey, municipal en charge des travaux et domaine

Thomas Cramatte | Depuis quelque temps déjà, une série de travaux importants transforme le visage de la commune d’Oron-la-Ville. Impactant autant les voies de circulation que la protection incendie ou l’éducation, de nouvelles constructions sortent de terre un peu partout dans le but de répondre au développement démographique de la région, tout en gardant l’atmosphère villageoise du chef-lieu. 

D’utilité publique

En y regardant de plus près, la plupart des travaux sont d’utilité publique. La construction d’un nouveau réservoir d’eau potable permettra à la commune d’être plus autonome en or bleu. La nouvelle caserne des pompiers est, quant à elle, essentielle pour la défense incendie des 5500 habitants que compte la commune. Les routes de Moudon et Lausanne devenaient difficilement praticables. Sans parler de la fermeture des petites écoles qui nécessite la construction d’un nouveau collège. Mais pourquoi ces nouveaux édifices sont-ils réalisés en 2020? «La réponse est assez simple, il s’agit simplement d’un alignement de planètes», en rigole Thierry-Vania Menétrey, municipal en charge des travaux et domaine. Plus sérieusement, le municipal explique que beaucoup d’infrastructures tombaient en désuétude avec les années. La preuve en est avec les revêtements phoniques des routes de Moudon et Lausanne qui ne répondaient plus aux normes cantonales. Avec un peu plus de 13’000 véhicules journaliers, la route de Lausanne permettra aux automobilistes de contempler en douceur la nouvelle caserne des pompiers. L’ancienne caserne était devenue chétive pour accueillir les divers regroupements au sein du corps des pompiers.

Nouveau collège

L’accroissement de la population et les fermetures des petites écoles par le canton ont contraint la commune à entreprendre la construction d’un nouveau collège. Ce bâtiment sera appondu à la dernière construction en date, pour un coût total de 40 millions. Son inauguration est prévue à la rentrée d’août 2021. «Les PPLS (psychologues, psychomotriciens et logopédistes scolaires) manquaient d’infrastructures pour répondre convenablement aux divers besoins de la population. Pour combler le manque de classes, la commune a installé des pavillons en urgence afin d’accueillir les PPLS», nous informe Thierry-Vania Menétrey. Mais une fois le nouveau collège achevé, ces infrastructures seront déplacées au collège. Avec 17 classes supplémentaires, une salle de gymnastique triple, une médiathèque et un réfectoire, le nouveau collège permettra de combler le manque actuel d’infrastructures scolaires. Ce nouveau bâtiment accueillera également des manifestations sportives de grande envergure. «Il manque une salle de sport sur le territoire communal, cette nouvelle salle sera construite au rez du futur collège», commente le municipal. Le bâtiment scolaire se verra doté d’un toit plat végétalisé accueillant des panneaux photovoltaïques qui permettront au collège d’obtenir la neutralité Co2. 

Nouvelle caserne des pompiers

Les pelles mécaniques s’affairent depuis des semaines aux abords de la caserne existante. En prolongation de celle-ci, la future caserne trônera fièrement dès la fin de l’année. Le regroupement de 10 différents corps des pompiers en 2014 avait mis à l’étroit les 180 sapeurs-pompiers incorporés au SDIS Oron-Jorat. «Pour pouvoir garder notre caserne fonctionnelle, du matériel doit être entreposé sur d’autres sites», nous apprenait le commandant Marc Platel cet été. La nouvelle construction permettra d’entreposer 6 lignes de véhicules prêts à intervenir en cas d’alarme. 

Pas uniquement dédié aux soldats du feu

Sur deux étages, ce bâtiment accueillera également une grande salle de théorie qui pourrait recevoir le Conseil communal, si un jour celui-ci doit quitter Ecoteaux. En amont de la nouvelle caserne, une construction privée prend également forme. S’agissant d’une nouvelle station essence, elle accueillera un point de vente ainsi qu’un tea-room. Cette nouvelle structure sera exploitée par la société Jubin Frères SA, le tout devrait voir le jour au courant de l’automne 2020. Tous ces bâtiments sont soumis à la réglementation cantonale en matière de normes énergétiques.

L’eau, cette denrée chère

Concernant l’approvisionnement en eau, la commune d’Oron avait le désir d’être plus autonome. «Afin d’éviter des dépenses en eau dans les communes avoisinantes et de profiter des nombreuses ressources qu’offre le territoire, la commune a débuté la construction d’un réservoir à Oron-le-Châtel. Cette installation permettra d’offrir plus d’indépendance en matière d’eau», nous explique le municipal. Les pluies de l’automne dernier n’ont pas permis d’avancer comme le souhaiterait la municipalité, les travaux pour ériger le réservoir des Clos tournent actuellement au ralenti en raison d’une interdiction à réaliser des fouilles dans les champs. Des tuyaux provisoires ont été installés en surface.

Développement démographique

Le développement démographique de la région oblige la commune à réaliser d’importants travaux. Un préavis pour un projet de gare routière sera prochainement mis en votation au Conseil communal. « Force est de constater que l’attrait lémanique est très cher et que cela engendre un accroissement de la population. Surtout que l’on retrouve toutes les commodités à Oron. Mais la municipalité souhaite éviter le phénomène village-dortoir en soutenant le commerce et les sociétés locales », ajoute le municipal en charge des travaux. Les coûts totaux des travaux respectent le plafond d’endettement autorisé par le canton, mais la municipalité possède une marge d’autofinancement suffisante pour les réaliser. « L’avancée et l’état général des travaux se portent bien pour le moment, mais il va falloir être vigilant, car nous ne sommes jamais à l’abri d’imprévus dans les constructions », conclut Thierry-Vania Menétrey. 

Le chantier de l’extension du Collège, 6 février