17 Décembre 2017
N°47 Du jeudi 14 décembre 2017 ● 67e année (N°3214)

Le futur ou le déclin ? La technologie au service du sport !

Quelles seront les futures grandes compétitions, d’ici 15-20 ans?
  • Pierre Scheidegger, Panathalon-Club Lausanne

    Pierre Scheidegger, Panathalon-Club Lausanne

Réflexion

Pierre Scheidegger, Panathlon-Club Lausanne  |  Il est une question dont beaucoup d’entre nous, sportifs ou pas, peuvent se poser en regard à «l’évolution» des disciplines sportives, du sport! Comment toute activité physique, tout record, peuvent-ils continuer à se satisfaire sans un éventuel apport extérieur dont on pourrait, dans un avenir pas si éloigné, oublier la panoplie de toutes substances illicites? Substances certainement remplacées par l’apport de technologies des plus performantes pouvant mettre le sportif au rang de faire valoir au service de la robotique, de la science et de technologies se trouvant de plus en plus opérationnelles. Non, ce n’est pas de la science-fiction car l’athlète, soit le sportif, est au cœur de cette évolution des futures performances! Chacun y aspire mais encore plus la société, le public. La science l’a bien compris et, depuis de nombreuses années, développe avec efficacité des transferts de compétences dont profitent la presque totalité des disciplines sportives. A ce jour, et il faut le reconnaître, ces approches scientifiques déployées pour augmenter les performances sportives des athlètes sont quasi optimales, permettant de mesurer tous les paramètres nécessaires à l’exploit pour, ensuite, en mieux disséquer… l’individu!

Tous les sports sont concernés

Il est vrai, et ne le sous-estimons pas, tous résultats connus de ces études sont de plus en plus appliqués à l’activité sportive en général dans l’esprit, espérons-le, que cela puisse contribuer également à la santé de chacun, tout en maintenant le respect de la culture sportive. Et pourtant, va-t-on en arriver à créer une nouvelle catégorie de «sportifs-laboratoires» connectés, en permanence, sur informatique par des appareils portables, offrant instantanément l’analyse de son état physique et d’en donner les corrections si nécessaire, quoi que désirées, en vue d’amélioration des résultats. Reconnaissons, néanmoins, le côté positif de ces apports autorisant, dans le sport, la surveillance du développement de l’athlète, de sa récupération après l’effort, du sommeil et du «stress» de la compétition. Bien des écoles de sport profitent de laboratoires modernes et super équipés pouvant «surveiller» le développement du sportif pour en gérer le suivi de sa carrière mais aussi de sa santé.

L’individu n’est pas seul en quête de recherches et d’amélioration!

Effectivement, universités, start-up, laboratoires et autres Ecoles de métiers techniques ont  régulièrement développé toute une gamme d’outils aptes à faciliter et gérer toute phase utile à la performance sportive. A ce jour, des matériaux composites permettent de construire des équipements impressionnants pour bateaux, skis et autres accessoires allant, selon les spécialistes, à rendre le matériau «intelligent» en y intégrant des fibres optiques pour mesurer toute réaction à l’utilisation. Egalement, l’impressionnante évolution des développements technologiques en ce qui concerne les matières d’équipement, soit fibres et textiles incorporant des fonctions en vue d’amélioration des performances. Ces textiles présentent, il est vrai, de nombreux avantages très prisés par les sportifs d’élite pouvant aider ces derniers en détectant certains paramètres physiologiques par capteurs incorporés, tels le pouls ou la température, sans oublier le confort désiré par les sportifs de loisirs. Pour le profane, il est vrai que de connaître l’effet de la compétence visuelle sur la performance sportive peut être un mystère. Pourtant, dans plusieurs sports de balle par exemple, on pratique par appareils interposés des échelles dites «spatio-temporelle» pour atteindre des capacités optimales de la vision sur la balle et, surtout, d’anticipation par le geste.

Le sportif de demain…  un robot?

Quelles seront les futures grandes compétitions, d’ici 15-20 ans? Sans grande publicité pour le tout en chacun, la science est en constantes recherches pour optimiser l’efficacité énergétique et la vitesse des athlètes, aidés en cela par le monde médical. A ce jour, un nombre impressionnant de données autorise d’offrir des résultats presque exclusifs à l’amélioration des performances. Ceci en tous sports confondus. Aidés par des algorithmes spécifiques aux mouvements, à l’émotion ou à la gestion du succès, on peut se demander si nous ne sommes pas aux prémices d’une nouvelle ère du monde sportif où l’individu ne sera plus que spectateur… de Jeux olympiques d’androïdes. Non ce n’est pas de la science-fiction… mais bien une réflexion en regard à nos sociétés,  surtout aux générations futures. N’en sommes-nous pas aujourd’hui à améliorer ou perfectionner le geste, le mouvement, la position d’un sportif par la réalité virtuelle? Sans dénigrer l’apport étonnant de la science souvent nécessaire aux sportifs, espérons que l’homme, la femme soient assez matures pour éviter toute dérive pouvant, sans retour, pénaliser la sphère sportive.

Un sage inconnu aurait dit: Pour chaque regard que nous jetons en arrière, il nous faut regarder deux fois vers l’avenir!

 

Tags